LES 11è JOURNEES NATIONALES PRISON

 Du 23 au 28 novembre 2004 

Pourquoi la Journée Nationale Prison ? 

Parce que tout citoyen doit savoir ce qu’est la sanction la plus utilisée, actuellement, par des magistrats qui rendent la Justice « au nom du peuple français » ; sanction qui frappe de plus en plus lourdement, et qui est réclamée, avec souvent beaucoup de passion, par l’opinion publique, relayée par les médias. 

Or, tous ceux qui interviennent en prison le savent bien, le décalage est grand entre ce que les gens imaginent, les vertus qu’ils lui attribuent pour leur sécurité future, et le taux élevé de récidive. Quelle entreprise pourrait fonctionner avec un si faible taux de réussite ? 

Et pourtant, la loi doit être respectée, les victimes doivent obtenir réparation, chaque citoyen doit pouvoir espérer vivre dans une sécurité suffisante, mais chaque citoyen doit aussi pouvoir bénéficier d’une Justice respectueuse des droits de l’homme. 

Mais tout essai de novation dans la recherche d’autres types de sanctions (libération conditionnelle, alternative, etc…) par des magistrats soucieux à la fois de la dignité de la victime et de celle de la personne délinquante, et de son avenir, ne peut aboutir qu’avec le soutien d’une opinion publique bien informée, d’où l’importance de cette Journée Nationale Prison, dans toute la France. 

Les précédentes Journées Nationales Prison : 

La J.N.P. est une initiative de la FARAPEJ, lors de sa création. Depuis quelques années, elle est organisée par le Groupe National de Concertation Prison qui regroupe L’ANVP, les Aumôneries catholiques et protestantes des prisons, la Croix Rouge française, la FARAPEJ, le GENEPI, le Secours catholique, l’UFRAMA.  

Cette année 2004 le Groupe National de Concertation Prison a retenu comme thème « A qui profite la prison ? » avec en filigrane la question du sens de la peine.

(Septembre 2004)

Dernière modification : 02/11/2004