PRISONS: LA REPUBLIQUE HUMILIEE et NOUS AVEC

 

 

 

 

La FARAPEJ qui rassemble plus de 50 associations intervenant en prison, devant la prison et après la prison, entend manifester son indignation après l’annonce par Madame la Ministre de l’abandon du projet de loi pénitentiaire tant attendu.

 

Une nouvelle fois nos gouvernants et nos élus ont reculé face à une échéance électorale, bien que nous les ayons appelés à la cohérence par une lettre ouverte le 24 novembre dernier, lors de la 8° JNP, où nous exprimions notre inquiétude.

 

Nous avions, avec d’autres partenaires, mis beaucoup d’espoir dans cette réforme promise à la suite du travail remarquable des commissions parlementaires.

                                                                                     

Nous avons été associés à la préparation de texte où nous retrouvions des avancées importantes à propos desquelles nous luttions depuis de nombreuses années : contrat de travail au bénéfice des personnes détenues, minima sociaux pour les indigents, charte fondamentale des droits des détenus…

 

Tout cela pour rien !

 

A la maison d’arrêt de LOOS (Nord) la semaine dernière, quatre détenus ont manifesté leur désespoir : suicides et surconsommation médicamenteuse, ils sont morts.

 

 La honte de nos prisons continuera-t-elle donc à nous poursuivre longtemps ?

 

La FARAPEJ quant à elle, persévèrera dans sa réflexion et son action.

 

« Une société se juge à l’état de ses prisons » disait Albert CAMUS.

 

 

                                                                 Guy-Bernard BUSSON, président, et le Bureau

 

 

 

FARAPEJ

Fédération des Associations Réflexion Action Prison Et Justice

68 Rue de la Folie Régnault   75011 PARIS

Tel : 01 55 25 23 75  fax : 01 55 25 23 76   mail : farapej@wanadoo.fr

Dernière modification : 01/01/2004